Paris : le député Lellouche défié par l’ancien conseiller de Sarkozy

LE PARISIEN |

Pierre Lellouche poussé vers la sortie ?
Si lors des législatives de 2012, l’ancien secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur de François Fillon l’a emporté de haute lutte face à la socialiste Claire Morel, en 2017, le risque pourrait venir de son propre camp. Jean-Baptiste de Froment, 38 ans, conseiller de Paris (LR) élu dans le IXe, a décidé de se porter candidat sur sa circonscription, le première, à cheval sur les Ier, IIe, VIIIe et IXe arrondissements.

Cet ancien conseiller à l’Elysée, chargé de l’éducation puis des sondages entre 2007 et 2012 auprès de Nicolas Sarkozy, espère détrôner le sortant Pierre Lellouche, 65 ans, élu à l’Assemblée nationale depuis 1993. « Si on n’arrive pas à gagner Paris depuis vingt ans, c’est qu’on a laissé le monopole des sujets modernes aux socialistes. La droite a une image ringarde. Il faut insuffler dès à présent un nouvel élan en vue des municipales de 2020 et porter à l’Assemblée nationale des députés connectés à Paris », lance cet ardent défenseur du travail le dimanche et des nouvelles technologies.

Continuer la lecture de « Paris : le député Lellouche défié par l’ancien conseiller de Sarkozy »

Redonnons toute sa place à la démocratie directe

LES ECHOS |

Dans la démocratie des origines, celle des Athéniens des Ve et IVe siècles avant notre ère, les citoyens exerçaient directement le pouvoir politique. Rassemblés, au minimum quarante fois par an, sur l’agora, l’immense place qui occupait le centre de la ville, ils y votaient les lois et le budget, décidaient de la paix ou de la guerre, et désignaient – essentiellement par tirage au sort – les différents magistrats chargés d’exécuter leurs résolutions.

Le fonctionnement des démocraties modernes, on le sait, est bien différent. Il repose sur le principe de représentation : le peuple délègue à un petit nombre d’individus élus la responsabilité d’exercer le pouvoir, y compris législatif, à sa place. De sorte que, pour reprendre la formule frappante de Rousseau, il n’est vraiment « libre » qu’une fois tous les quatre ou cinq ans, le jour où il élit ses représentants.

Continuer la lecture de « Redonnons toute sa place à la démocratie directe »